La canicule fait 360 morts en Espagne entre le 10 et le 15 juillet

Vendredi, sur l’avenue San Diego, dans le quartier madrilène de Puente de Vallecas, un employé de nettoyage de la mairie de Madrid s’est effondré au milieu de la rue alors qu’il travaillait. Il était 17h30. et le thermomètre oscillait autour de 40 degrés dans la capitale. A l’arrivée des secours, la température corporelle de cet homme de 60 ans était de 41,6 degrés. Après avoir été admis à l’hôpital Gregorio Marañón, le travailleur est décédé ce samedi, victime d’un coup de chaleur. Ce n’est qu’une des 123 personnes décédées des suites de la chaleur vendredi, jour du pic maximal de ces décès, selon le dernier décompte de l’Institut de santé Carlos III (ISCIII), dépendant du ministère de la Santé. , donné rendez-vous ce samedi.

Le décompte, toujours en retard en raison des confirmations et de la logistique impliquée, a augmenté par rapport au bilan précédent de l’Institut, il y a quelques heures à peine, dans lequel ils fixaient 84 décès dus aux températures au cours des trois premiers jours de la vague de chaleur , entre le 10 et le 12 juillet. Et il est prévisible que ces chiffres augmenteront encore plus dans les prochains jours. En juin, selon le suivi de l’Institut, 830 personnes sont décédées pour cette raison : c’est le mois au cours duquel il y a eu le plus de décès ces deux dernières années à cause de la chaleur, suivi du mois d’août de l’année dernière, avec 788.

la vague de juillet

Jusqu’à présent, selon les statistiques, il y a déjà 360 ​​morts imputables aux températures élevées enregistrées au cours des six premiers jours de la canicule qui touche l’Espagne, du dimanche 10 juillet au vendredi 15 juillet. Ce sont les dernières données recueillies par le statistiques quotidiennes de suivi de la mortalité due à la température excessive.

Le premier jour de la canicule, dimanche 10, il y a eu, selon les chiffres de l’ISCIII, 15 décès dus aux températures élevées. Depuis lors, il y a eu une escalade continue. Le lendemain, lundi 11, 28 décès par excès de chaleur sont enregistrés. Ces données sont passées à 41 cas le mardi 12 juillet et jusqu’à 60 décès le mercredi 13 juillet.

Le lendemain, le 14 juillet, a été, avec le vendredi, l’un des pires de la canicule, puisque dans certaines communes des valeurs proches de 44 ou 45 °C ont été enregistrées, comme dans les vallées du Tage, du Guadiana et du Guadalquivir ; 42 °C dans la vallée du Miño et 41 °C dans la vallée de l’Èbre et dans la zone centrale. Jeudi, il y a eu 93 décès dus à la chaleur, un chiffre qui est passé à 123 le vendredi 15 juillet.

Alerte canicule
La Direction générale de la protection civile et des urgences du ministère de l’Intérieur, conformément aux prévisions de l’Agence nationale de la météorologie (Aemet), maintient l’alerte canicule durant le week-end.

Les zones de Saragosse, Cantabrie, Badajoz, Navarre et La Rioja sont mises en garde contre les risques extrêmes. Et les avertissements de niveau orange dus aux températures élevées continueront de prédominer sur le territoire péninsulaire. Dimanche, il n’y aura probablement pas de zones d’alerte rouge, mais la canicule continuera de toucher presque toute la péninsule et les îles Baléares.

recommandations
Les recommandations de la Protection Civile contre les températures élevées sont de limiter l’exposition au soleil, de rester dans des endroits bien aérés, de manger légers et réguliers, riches en eau et en sels minéraux, comme les fruits et légumes, et de boire fréquemment de l’eau ou des liquides. Il est également conseillé de s’habiller avec des vêtements clairs, couvrant le plus possible la peau et la tête, d’éviter les exercices physiques prolongés en milieu de journée et de s’intéresser aux personnes âgées et malades, ainsi qu’à celles qui vivent seules ou isolé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *